image illugroupediscussionchamp.jpg (0.4MB)

Notre vision

Au sein de Territoires à VivreS, nous abordons la question de l’accessibilité alimentaire sous un prisme systémique. Un travail spécifique sur le monde agricole est nécessaire. L'axe agricole s'inscrit dans cette perspective et permet une réflexion sur les liens entre accès à l'alimentation durable pour toutes et tous et nos modes de production.

Les projets locaux de solidarité alimentaire doivent être pensés avec les personnes en précarité mais aussi avec les producteurs agricoles qui ne doivent pas être considérés comme de simples fournisseurs. En effet, ces derniers sont aussi touchés par la précarité et ont – par leur activité - un rôle structurant sur leurs territoires.

Concrètement, des questions récurrentes reviennent dans les projets locaux de solidarité alimentaire, comme les choix d’approvisionnement, la mobilisation des producteurs ou la définition des prix. Elles peuvent et doivent être pensées collectivement car trop souvent les projets bloquent au moment de mettre en place l’approvisionnement, celui-ci étant pensé sans les producteurs et sans connaissance de leurs contraintes professionnelles.

La production, un enjeu démocratique

Que voulons-nous manger et comment voulons-nous le produire ? Cette question est à la base de Territoires à vivreS. Le constat est simple : aujourd'hui, ce sont les marchés qui régulent l'alimentation. Certains ont donc les moyens de s'alimenter comme ils le souhaitent et d'autres non. En réalité, tout le monde ne choisit pas son alimentation, tout le monde ne vote pas avec sa carte bleue. L'alimentation est donc un enjeu démocratique. Elle doit être un bien partiellement marchand. Dans ce projet, les partenaires souhaitent, ensemble, repenser les marchés, leur régulation, le rôle de l'état, la participation citoyenne et la participation du monde paysan.
Territoires à vivreS ambitionne de renforcer l’inter-connaissance entre les paysans et les initiatives de solidarité alimentaire, entre les acteurs du monde social et les acteurs agricoles. L'objectif est de mieux comprendre les difficultés et les réalités des uns et des autres pour les dépasser ensemble.

L'approvisionnement, trait d'union entre producteurs et initiatives

L'approvisionnement est au coeur des relations entre les producteurs et les intiatives de solidarités alimentaires. Stratégique dans les projets de solidarité alimentaire, l'approvisionnement pose de nombreuses questions.

Du côté des initiatives: Quels produits proposer ? Quelles « qualités » ? Quelles productions/filières sur mon territoire ? Quels prix d’achat ? Quels financements ? Mais aussi, quel liens avec les fermes ? Quelle participation des agriculteurs ? Quel rôle/impact sur la transformation des systèmes agricoles et des filières ? Comment interpeller l’acteur public ?

Du côté des producteurs: Comment rendre accessible sa production de miel attractive ? Quelles planification/ mise en culture ? Quelles logistique/mutualisation ? Quels prix de vente ? Quels partenaires ? Mais aussi, quelle implication dans le partenariat ? Quels choix éonomiques sur la ferme ? Quel impact social du modèle de production ?Comment interpeller l’acteur public ?
« D'un côté pour s'en sortir et produire durablement, les agriculteurs ont besoin de vendre plus cher, de l'autre les consommateurs ont besoin d’acheter moins cher, c’est insoluble !». Dans Territoires à vivreS, nous souhaitons dépasser cette fausse opposition entre précaires et producteurs. Nous posons cette équation différemment en plaçant au coeur de nos réflexions la question du prix et de sa construction.


Les chantiers de l'axe agricole :


  • Etude : Aujourd’hui comment les initiatives d’accès à l’alimentation résolvent ou évacuent la question du prix ? Comment se construisent les prix dans les initiatives de solidarités alimentaires ? Découvrez notre enquête de terrain menées de février à juillet 2022.

  • Accompagnement et formation : Visites de fermes, webinaires et rencontres pour favoriser l'inter-connaissance entre monde agricole et monde du social et transmettre les principales clefs de compréhension des modèles agricoles aux autres acteurs de la chaîne alimentaire et de la solidarité.

  • Plaidoyer : Porter un autre discours dans le débat public pour sortir du paradigme du low cost dans l’alimentation et appeler à une action publique d’envergure pour construire un système agricole durable.